Les sapins victimes de l'actualité tragique fin 2015

L'actualité tragique de fin 2015 a impacté les marchés liés aux fêtes de fin d’année, comme le sapin dont les ventes se sont légèrement tassées, les ménages n'ayant pas trop le coeur à faire la fête. L'étude annuelle réalisée par TNS Sofres pour Franceagrimer apporte son lot d'observations intéressantes. Au delà de la conjoncture, il s'agit de prendre en compte les évolutions structurelles de ce marché si particulier.



LE SAPIN NATUREL RESTE LE GRAND LEADER MAIS...
En 2015, on observe un léger tassement du marché des sapins de Noël et cette diminution est imputable aux sapins naturels. Au sein des sapins naturels, en volume les Nordmanns et les Epicéas sont stables, mais en valeur le premier diminue et le second progresse.

Les ventes de sapins artificiels demeurent anecdotiques (concernant moins de 4% des ménages), mais avec une progression constante depuis ces 3 dernières années, preuve s'il en est besoin, qu'il ne faut jamais s'endormir sur un marché.

DES SAPINS PLUS GRANDS, ACHETES PLUS TÔT
• Les sapins sont achetés de plus en plus tôt : en 2015, plus de 4 sapins naturels sur 10 et près de la moitié des sapins artificiels sont achetés entre le 1er et le 9 décembre. Cette observation est à mettre en relation avec la date de disponibilité des futurs sapins de Noël labellisés (Date d'expédition au plus tôt le 30 novembre)
• ils sont plus grands : 37% des sapins naturels et 34% des sapins artificiels font plus d’1m50.
• enfin, bien que ce mode de présentation soit minoritaire, on observe une hausse des achats des Epicéas en pot ou mottes, principalement sous l’influence des achats sur Internet.

DES LIEUX D'ACHAT PLUS DIVERSIFIES
La grande distribution reste le principal lieu d’achat (un peu plus de 3 sapins sur 10) mais sa part de marché diminue sans que cela profite aux professionnels des végétaux qui tendent à perdre des parts de marché (à l’exception des Epicéas qui bénéficient d’une bonne performance des exploitations). En parallèle, on assiste à une émergence plus prononcée des circuits moins traditionnels comme les écoles, les mairies ou les associations (6% des achats
de sapins naturels). L’achat sur les marchés ou les foires a régressé de façon significative en 2015 : hypothèse d’une plus grande frilosité à fréquenter ce type de lieu, spécifiquement en cette fin d’année 2015 ?

Téléchargez l'étude TNS SOFRES



Excellence Végétale
Espace interprofessionnel
44, rue d'Alésia
75682 Paris cedex 14

Démarche soutenue par l'interprofession