Aromatiques : le marché français

La vente des plants aromatiques a fortement évolué ces dernières années et le produit est désormais vendu sous différentes formes. Cela va du plant en mini-motte ou en godet à replanter dans le jardin jusqu'à la potée, prête à consommer, que le consommateur va poser dans sa cuisine ou au mieux sur son rebord de fenêtre pour y prélever des feuilles tout au long de la belle saison.  Si les jeunes plants à repiquer sont plutôt vendus dans le rayon jardin de la distribution, spécialisée ou pas, la potée prête à consommer est désormais vendue au rayon fruits et légumes de la distribution alimentaire.

Le projet label rouge ne prendra pas forcément en compte ces différentes formes de produits. Aux membres de la section de poser leurs limites.

Une progression à deux chiffres en 2017

Val'hor estime le marché français 2016 à 19,3 millions de plants (sous toutes ses formes) pour un total de 47,7 millions d'euros. La tendance 2017 est dans la continuité : 21,3 millions d'aromatiques auraient été achetées (+10,4% par rapport à 2016), pour un total de 53 millions d'euros (+ 11,1% par rapport à 2016).

Cela donne un prix moyen d'achat à 2,50 euros, stable entre 2016 et 2017.

C'est au printemps (avril-mai) que les ventes sont les plus importantes pour les plants à repiquer et en été (août) pour les potées prêtes à consommer.

La jardinerie et la grande distribution se partagent la moitié de ce marché. (Source Kantar)

Si seulement 16% des ménages ont acheté un plant aromatique en 2016, on trouve parmi ces acheteurs un profil assez jeune et urbain, ce qui est intéressant car ils ne font que rarement partie de la cible des acheteurs de végétaux. 

La plante aromatique est un produit fragile. Grâce au label rouge, le niveau de qualité de l'offre peut progresser, en cohérence avec la dynamique de ce secteur.

Télécharger l'infographie Val'hor / Kantar

Excellence Végétale
Espace interprofessionnel
44, rue d'Alésia
75682 Paris cedex 14

Démarche soutenue par l'interprofession