Fruitiers, un marché qui n'a pas dit son dernier mot

Le marché national des fruitiers est en baisse significative depuis 2012, mais avec le regain d'intérêt pour le "produire soi-même", "le manger sain et local", les fruitiers n'ont pas dit leur dernier mot. En s'adaptant (avec des arbres de dimension réduite par exemple) et en garantissant au jardinier un bon résultat, conforme à ses attentes, les producteurs ont de réelles cartes à jouer.

En 2016, 1 million de ménages ont acheté un ou plusieurs arbres fruitiers : 2 en moyenne puisqu'il s'est vendu pratiquement 2 millions d'arbres. Avec un prix moyen supérieur à 21 euros, le marché dépasse les 40 millions d'euros. Il se concentre encore à 37% sur la fin d'année : octobre à décembre. Le bon vieux proverbe "A la Sainte-Catherine, tout bois prend racine" est vivace.

Excellence Végétale
Espace interprofessionnel
44, rue d'Alésia
75682 Paris cedex 14

Démarche soutenue par l'interprofession