Quand qualité rime avec confiance

Pas de perception de qualité sans un minimum de capital confiance. C'est une des conclusions qui ressort du cahier de recherche du CREDOC consacré à l'évolution de la relation à la qualité de la part des Français. 
C'est à ce niveau, nous semble t-il, qu'une garantie officielle telle que le Label Rouge trouve toute sa justification.

La notion de qualité est subjective et le CREDOC* met en garde contre toute tentative de définition normalisée. Malgré tout, dans ses cahiers de recherche parus en décembre 2015, il ressort des tendances tout à fait intéressantes, sur les vingt dernières années. Nous en reprenons l'essentiel.

Quelques idées fortes :

Le sentiment de confiance est à l'origine de la perception de la qualité d'un produit. Pas de confiance, pas de qualité.

En ce sens, nous pensons que le signe officiel de qualité avec tout le sérieux et les garanties qu'il suppose, peut jouer le rôle du déclencheur de confiance, préalable nécessaire à la perception de la qualité (Excellence Végétale).

- Il y a une tendance à présupposer que le Made in France est de meilleure qualité.
 
- Derrière la provenance nationale, c'est le mode de production, en particulier biologique pour l'alimentaire, qui influence.

- En 2016, un aliment de qualité est un produit frais, naturel ou issu de l'agriculture biologique, cultivé localement par des producteurs de nos régions et qui a du goût.
 
- Les consommateurs sont prêts à acheter plus cher un produit de qualité mais ils restent méfiants quant à la promesse qui leur est faite.

- Sur les quinze dernières années, c'est malgré tout le prix qui a le plus influencé le choix des consommateurs, au détriment de la qualité.



Source : Cahier de recherches N°327 CREDOC Décembre 2015

* CREDOC : centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie.

Fotolia rosifan

Excellence Végétale
Espace interprofessionnel
44, rue d'Alésia
75682 Paris cedex 14

Démarche soutenue par l'interprofession